Meridian Credit Union en

Ancien des Jeux du Canada

Hannah Taylor

4/16/20

by: Bernie Puchalski, BP Sports Niagara

PLEINS FEUX SUR LES ANCIENS : HANNAH TAYLOR

Hannah Taylor a excellé dans plusieurs sports aux Jeux du Canada.

En 2010, elle a décroché la médaille de bronze aux Championnats du monde de lutte dans la catégorie U23. En 2013, elle a participé aux épreuves de lutte des Jeux d’été du Canada qui ont eu lieu à Sherbrooke, QC. Et, en 2015, elle a représenté l’Île-du-Prince-Édouard aux Jeux d’hiver du Canada qui se sont tenus à Prince George, C.-B.

Sa première expérience fut la plus mémorable. Alors âgée de 15 ans, elle a été nommée porte-drapeau pour l’équipe de sa province à la cérémonie d’ouverture.

« Lorsque j’ai été sélectionnée, je me suis sentie fortement appuyée et motivée et je voulais que l’Î.-P.-É soit fier de moi. » affirme la jeune femme de 21 ans, originaire de Summerside,    Î.-P.-É.

« Je me souviens de mon entrée dans le stade lors des cérémonies d’ouverture.  Je portais l’uniforme de l’Î.-P.-É et tous les membres de l’équipe me suivaient.  Nous avons marché devant des milliers de spectateurs et d’athlètes. Nous avons bien apprécié la cérémonie d’ouverture ainsi que le spectacle réalisé par le comité organisateur.  Ensuite, nous avons recentré notre attention sur les compétitions à venir. »

À Sherbrooke, Taylor a remporté une médaille d’argent alors qu’elle rivalisait avec  des athlètes qui entraient en 12e année. Elle s’est inclinée en finale devant sa future co-équipière, Julie Steffler, après l’avoir éliminée lors d’une compétition de natation.

« Ce fut ma première expérience dans une compétition multisport sur la scène nationale. Ce fut une merveilleuse occasion de mettre en valeur mes talents », dit la trois fois championne  U SPORTS. « En tant que membre de l’Île-du-Prince-Édouard, nous avions peu d’espoir de remporter des médailles.  Alors, lorsque j’ai remporté une médaille d’argent, c’était tout un accomplissement pour la province. »

L’Î.-P.-É. n’a remporté que deux médailles aux Jeux 2013 : celle qu’elle a elle-même gagnée et celle remportée par une autre lutteuse.

« C’était super important pour moi de démontrer que l’Î.-P.-É. pouvait participer à une compétition de calibre national. »

Elle se souvient de la réaction de la foule  lors de cet événement.

« C’était la première fois que je sentais la foule derrière moi. » 

Taylor résidait au village des athlètes, installé sur le campus de l’université Bishop.

« C’était vraiment cool. On côtoyait des athlètes venus de diverses régions de notre province, des athlètes venus des autres provinces et des athlètes qui pratiquaient différents sports », dit-elle. « C’était fascinant de rencontrer des personnes différentes et d’en apprendre sur les autres provinces. »

Au village des athlètes, ses deux co-chambreuses étaient membres de l’équipe de lutte.

L’entraîneur de l’équipe de lutte de l’Î.-P.-É. ne permettait pas l’échange d’épinglettes ou de vêtements lors des compétitions.

« Il voulait s’assurer que notre attention était centrée sur la compétition », raconte-t-elle. « Mais, après la compétition, c’était permis et j’ai échangé un chandail et quelques autres objets. »

Elle a été chanceuse d’acquérir une des rares épinglettes du Nunavut ; rares, puisque les Jeux ne comptaient que très peu d’athlètes du Nunavut.

« Il y a eu quelques soirées de danse et quelques activités sociales », raconte l’étudiante en gestion du sport de l’université Brock. « Il y avait des lieux de rencontre pour les athlètes et le réfectoire était aussi un bon endroit pour rencontrer les gens. »

Son passage aux Jeux d’hiver a aussi été une expérience mémorable.

« J’ai commencé à pratiquer le judo parce que je n’avais pas de partenaire d’entraînement pour la lutte », dit-elle. « Je croyais pouvoir appliquer mes habiletés en lutte et, je connaissais les entraîneurs.»

Les entraîneurs lui ont offert la chance de participer aux Jeux du Canada à condition qu’elle puisse atteindre le haut niveau des athlètes des Jeux. En moins d’un an, Taylor a réussi à obtenir les ceintures et les certifications requises et elle a pu participer aux compétitions.  Au cours des épreuves préparatoires, elle a remporté trois tournois des Maritimes.

Elle avoue qu’elle avait un peu l’impression de jouer à l’imposteur lors des compétitions.

« Je ne connaissais pas toute la terminologie.  C’est en japonais, je crois et lorsque l’entraîneur réclamait un certain mouvement, je ne comprenais pas vraiment.  Alors, j’utilisais des techniques de lutte pour projeter mon adversaire. »

L’athlète de l’année 2019 de l’Île-du-Prince-Édouard n’a pas gagné ses matches mais sa performance lui a mérité une qualification au match de la médaille de bronze, match qu’elle n’a pas remporté.

« Je me souviens que le judo était très populaire auprès de l’auditoire. »

En judo, si on maîtrise les techniques debout, si on immobilise l’adversaire sur le dos, voir, si on contrôle complètement le match, le match est bel et bien terminé, indépendamment de son classement.

« J’ai vu des athlètes réussir des projections spectaculaires et je me souviens du son du claquement des mains sur le tapis et comment la foule s’emportait », dit Taylor. « Les tapis de judo sont plus durs que les tapis de lutte et ça donne un son plus fort.  On entendait un gros claquement et tout le monde s’emportait parce que ça signifiait que l’athlète venait de remporter son  match. »

Malheureusement pour Taylor, elle s’est retrouvée du mauvais côté de ces projections au sol. « Ah oui ! Je me suis fait claquer ! » dit-elle en riant.

Un moment fort de la vie au village des athlètes de Prince George a été un concert donné par le rappeur Classified et le groupe de musique électronique, A Tribe Called Red. «  Ce fut une expérience extraordinaire et avec les rencontres et les échanges d’épinglettes en plus, formidable ! »

Ses deux participations aux Jeux du Canada ont été des moments marquants de sa carrière.

« C’était vraiment incroyable de participer à deux événements multisport à un si jeune âge », dit-elle. « Depuis, j’ai participé aux Jeux panaméricains et à d’autres grands tournois internationaux. »

L’expérience des Jeux lui a ouvert les yeux quant aux opportunités que le sport peut lui offrir. « C’était amusant, excitant et c’était toute une chance pour les athlètes, » dit-elle. « Je voulais poursuivre l’entraînement et accumuler encore plus d’expériences comme celle-là. »

Elle attend avec impatience les Jeux du Canada qui se tiendront à Niagara au mois d’août 2021.

« Je suis résidente de St. Catharines alors c’est cool de voir les Jeux venir chez nous mais ce sera aussi cool de voir les athlètes de l’Île-du-Prince-Édouard, » dit-elle. « Alors, je prends pour qui ? Pour St. Catharines, là où je m’entraîne et développe mes habiletés ? Ou, pour l’Île-du-Prince-Édouard, qui m’a autant aidé dans ma carrière d’athlète ?

Un reportage de BP Sports Niagara, détenu et exploité par Bernie Puchalski and Bill Potrecz.

Dangelo Printing Big Box Advertisement
Shop Merchandise Now!
Meridian Credit Union

Abonnez-vous pour demeurer au courant des nouveautés concernant les Jeux d’été du Canada Niagara 2022