Meridian Credit Union en

5/20/21

by: Christopher Séguin

La construction du Parc des Jeux du Canada est en voie de s’achever d’ici la fin de 2021

Si vous avez cligné des yeux, vous l’avez peut-être raté. 

En moins de 18 mois, une installation sportive qui n’était d’abord qu’une vision a maintenant pris forme au croisement de Sir Isaac Brock Way et de Merrittville Highway à Thorold, en Ontario. 

Aujourd’hui, on ne reconnaît plus l’ancien stationnement à l’Université Brock; il se transforme rapidement en installation sportive et récréative de pointe, le Parc des Jeux du Canada (PJC). Sa construction, qui se fait en préparation pour les Jeux d’été du Canada Niagara 2022, est en bonne voie de s’achever dans les douze prochains mois, un exploit impressionnant vu les défis posés par la pandémie COVID-19 au cours de l’année écoulée.

Il y a environ un an, le chantier est passé à l’inaction pendant quatre semaines en raison des fermetures ordonnées par le gouvernement. Depuis cette période, malgré les pénuries de matériaux et les autres obstacles découlant de cette situation sans précédent, l’équipe qui mène les travaux au PJC a réussi à tenir le calendrier : l’achèvement substantiel est prévu pour l'automne 2021 et on s’attend à ce que les travaux soient entièrement terminés à la fin janvier 2022.

« La COVID-19 a certainement été un défi imprévu et un obstacle à surmonter », dit Emilio Raimondo, le président de Raimondo + Associates, une entreprise d’architecture intérieure et extérieure qui s’est associée à MacLennan Jaunkalns Miller Architects (MJMA) pour concevoir le PJC et le Centre d’aviron Henley. « Cependant, grâce à l’expérience et au savoir-faire de Aquicon, l’entrepreneur général du projet, l’équipe a réussi à maintenir le cap et à rattraper le temps perdu, et à la grande surprise de tous, le projet avance selon l’horaire prévu. » 

« En raison de la fermeture, il y a eu un contretemps de quatre semaines, pendant lesquelles on avait prévu d’atteindre certaines cibles, mais l’équipe a uni ses efforts et s’en est remis », ajoute Darren Peters, président de Peters Excavating, un entrepreneur en construction civile lourde appartenant au groupe d’entreprises qui travaille également sur le projet du PJC, le Peters Construction Group. « Nous avons établi et mis en œuvre une nouvelle portée, et nous avons ajusté notre travail pour respecter les divers règlements entraînés par la COVID, et pourtant nous avons réussi à respecter le calendrier. »  

Un rendu illustrant à quoi ressemblera le Parc des Jeux du Canada une fois que les travaux seront quasi achevés à l’automne 2021. L’installation sportive et récréative qui se construit au croisement de Sir Isaac Brock Way et de Merrittville Highway comportera deux zones principales : le bâtiment principal qui s’appelle le Centre de développement des compétences sportives, et l’installation extérieure qui comprendra six terrains de volleyball de plage et une piste d’athlétisme de 400 m.

Lorsque la construction a commencé en décembre 2019, l’équipe de Darren du Peters Construction Group a d’abord réalisé le gros du travail sur le chantier. Elle s’est axée sur les égouts pluviaux, les conduites sanitaires et les conduites d’eau, et le stationnement. L’équipe a également effectué les travaux de terrassement majeurs et l’excavation pour ouvrir la voie aux sous-traitants (tels que les plombiers et les électriciens), en plus de creuser les fondations, de procéder au remblayage et de transporter le granulat au chantier.

Le Peters Construction Group était aussi entièrement responsable des travaux à l’entrée sud de l’installation, le long du Schmon Parkway, dont la modernisation des conduites sanitaires et des conduites d’eau. Ces efforts permettront au PJC d’être pleinement opérationnel l’année prochaine quand il est ouvert et mis à la disposition de la communauté.  

« C’est très excitant de faire partie d’un projet comme le Parc des Jeux du Canada », dit Peters, propriétaire de l’entreprise basée à Stevensville, à Welland et à St. Catharines, en Ontario. « Nous avons travaillé sur de nombreux projets intéressants, mais aucun autre avec une si grande visibilité. C’est comme un projet phare, et en faire partie, d’avoir [le nom de notre entreprise] qui s’y rattache, c’est quelque chose de très spécial.

« L’installation est incroyable. De l’extérieur, on voit le terrain de sports. Je ne suis pas rentré dans l’aréna récemment, mais les détails de l’architecture du Parc entier sont très impressionnants. »

« C’est impossible d’apprécier l’ampleur de l’installation simplement en regardant une photo ou une vidéo », explique Eric d’Uva, ingénieur de projet chez Urban & Environmental Management, une société d’experts-conseils de Niagara Falls qui agit en tant que gestionnaire de projet pour le PJC. « Sa dimension énorme, ce n’est simplement pas possible de l’illustrer par une photo. Oui, elle a l’air grande en photo, mais s’y rendre en vrai vie, et marcher d’un espace à un autre, on se rend compte à quel point le bâtiment est immense, et c’est super impressionnant. »

Une photo récente de l’installation d’athlétisme extérieure du Parc des Jeux du Canada, qui est dotée d’une piste de 400 m et d’espaces destinés aux diverses épreuves (sauts et lancers). La piste extérieure a été conçue et construite selon les normes olympiques et a été certifiée comme étant au même niveau d’un bout à l’autre, avec une divergence maximale de 3 mm (Source : Urban & Environmental Management - le 7 mai 2021).

Le Parc des Jeux du Canada comporte deux zones principales. La première, le grand bâtiment que l’on voit dans toutes les photos, s’appelle le Centre de développement des compétences sportives. Cette installation d’environ 18 500 mètres carrés comprendra deux glaces, un centre de santé et de bien-être, une piste intérieure de 200 m, des bureaux pour organismes sportifs et un pavillon polyvalent doté d’un gymnase adapté.

La deuxième zone principale, située à l’extérieur de l’installation, comprend six terrains de volleyball de plage, un centre de cyclisme et une installation d’athlétisme dotée d’espaces destinés aux diverses épreuves (sauts et lancers) et d’une piste de 400 m. 

« La piste extérieure est une installation formidable qui fera partie du PJC », affirme D’Uva, qui participe au projet depuis le commencement des travaux en décembre 2019. « Sur le plan de l’ingénierie, la piste entière est certifiée comme étant au même niveau d’un bout à l’autre, avec une divergence maximale de trois millimètres. C’est hallucinant qu’on puisse prendre un terrain, le compacter, rajouter des couches, le revêtir d’asphalte et de la surface de course caoutchoutée et que la différence en niveau maximale soit de trois millimètres. La piste extérieure a déjà été certifiée, signifiant qu’elle a même dépassé cette exigence, ce qui est ahurissant. » 

« Cette piste est une véritable merveille. Elle a été conçue et construite selon les normes olympiques », ajoute Raimondo. « Ce que ça donne est incroyable, tout comme le seront les utilisations qu’on en fera à l’avenir. »

Pour ce qui est des derniers développements au PJC, la majorité a sûrement passé inaperçue de l’extérieur, puisque le bâtiment est maintenant enfermé et qu’ils ont eu lieu à l’intérieur. L’entrepreneur général Aquicon continue de se montrer très efficace en réalisant de grands progrès toutes les semaines. On compte parmi les plus récents l’installation de la vitre dans les fenêtres, les portes et les autres ouvertures fixes (un processus que l’on appelle le vitrage), l’installation de presque toutes les cloisons sèches, et le coulage du béton pour constituer les deux dalles des arénas.

L’une des deux glaces dans le Parc des Jeux du Canada après qu’on a fait couler la dalle de béton la semaine passée. Cet aréna à deux comprendra deux glaces aux dimensions de la LNH. La première sera dotée de 1 200 places pour spectateurs et d’une salle servant d’espace de travail pour les médias, et l’autre, de 300 places (Source : Urban & Environmental Management - le 14 mai 2021).

« Il n’y a pas qu’un aspect qui ressort, mais vraiment le bâtiment et l’installation en entier », affirme Raimondo, qui a grandi à Niagara. « Ce bâtiment, sa nature comme son apparence, est très unique. »

« [Le PJC] n’est pas qu’une installation, c’est une vision d’architectes », dit D’Uva par rapport à la conception du bâtiment, qui a été mise au point par une équipe d’architectes de MJMA et de Raimondo + Associates. « Ils ont pu ajouter quelques caractéristiques novatrices qui ont rendu le bâtiment saisissant sur le plan visuel en plus d’être fonctionnel. »

La conception du PJC accorde également une grande importance à l’accessibilité et à la durabilité. Par exemple, les larges surplombs du toit réduisent les gains d’énergie solaire et la charge de refroidissement associée (c’est-à-dire qu’ils réduisent la chaleur générée par la lumière du soleil et, par conséquent, la quantité d’énergie requise pour refroidir l’installation), et sa toiture plissée permettra d’y aménager un toit vert. Cette caractéristique de durabilité assurera des espaces ombragés, fera dissiper la chaleur dans l’air et fera baisser la température de la surface du toit et de l’air ambiant. Tout cela contribuera à limiter l’effet d’îlot de chaleur du bâtiment.

C’est grâce à ce genre d’attribut que le PJC sera 35 % plus écoénergétique et émettra 45 % moins de gaz à effet de serre qu’un bâtiment canadien standard.

De plus, le PJC sera entièrement accessible : il sera doté d’ascenseurs, de rampes, d’ouvre-portes et de portes coulissantes aux entrées principales du Centre de développement des compétences sportives, et de deux fois le nombre de places de stationnement accessibles requises. À l’intérieur du bâtiment, le pavillon sportif polyvalent comprendra un gymnase adapté au parasport qui servira à répondre aux besoins en matière d’installations sportives accessibles à Niagara, attribuables à sa communauté de parasport importante.

Un regard à l’intérieur du pavillon polyvalent au Parc des Jeux du Canada et à la piste de 200 m située à l’étage supérieur. En plus de la piste suspendue, le pavillon polyvalent sera doté d’environ 700 places pour spectateurs et de quatre gymnases standards, dont un gymnase conçu pour s’adapter aux besoins de divers parasports (Source : Urban & Environmental Management - le 27 avril 2021).

Toutefois, avant que le PJC soit largement utilisé par la communauté de Niagara, il sera mis à l’essai dans le contexte des Jeux d’été du Canada Niagara 2022, un événement attendu avec impatience par l’équipe qui travaille sans relâche pour mener à bien les travaux.

« D’avoir observé la construction depuis le tout début et de connaître tous les défis qui se sont présentés nous donnera un grand sentiment d’accomplissement quand nous regarderons les athlètes en compétition sur ce qui n’était deux ans auparavant qu’un terrain de terre. Nous serons conscients que nous avons réussi à respecter les horaires malgré tous les obstacles », dit D’Uva, qui est un ancien du Collège Niagara et de l’Université Lakehead.

« C’est super excitant que la région de Niagara accueille les Jeux du Canada. Je n’ai encore jamais participé à une édition des Jeux du Canada nulle part au pays, donc j’ai hâte de voir en quoi elle consistera quand l’événement aura finalement lieu en 2022 », dit Peters, qui habite la région de Niagara depuis quelques décennies et qui est également diplômé du Collège Niagara. « Mais cette installation sera un atout pour nous pendant les années à venir, parce que même après l’achèvement des Jeux, la communauté bénéficiera de cette installation sportive de pointe et nous pourrons accueillir d’autres événements d’envergure. »

Lors des Jeux d’été du Canada Niagara 2022, qui auront lieu du 6 au 21 août 2022, cinq des sports en vedette seront accueillis au PJC (l’athlétisme, la crosse en enclos, la lutte et le volleyball intérieur et de plage), dont la première compétition de crosse en enclos féminine dans l’histoire des Jeux du Canada. Mais comme le souligne Peters, on s’emballe facilement en réfléchissant à ce que l’avenir réserve à la collectivité de Niagara grâce à cette installation à la fine pointe.

Une photo de l’escalier qui mène au deuxième étage du Centre de développement des compétences sportives au Parc des Jeux du Canada. Ce bâtiment comprendra deux glaces, un centre de santé et de bien-être, des bureaux pour organismes sportifs et un pavillon polyvalent doté d’un gymnase adapté (Source : Urban & Environmental - le 27 avril 2021).

Sa mise sur pied s’effectue grâce au financement accordé par le gouvernement fédéral, le gouvernement de l’Ontario et les partenaires du consortium du projet, y compris la région de Niagara, la ville de Thorold, la ville de St. Catharines et l’Université Brock. Une fois construit, le PJC modifiera à long terme le paysage des installations sportives et récréatives mises à la disposition des résidents de Niagara de tous les âges et de toutes les capacités. Il contribuera également à renforcer le système sportif de la région en établissant et en améliorant l’accès à son infrastructure et à ses programmes clés, ce qui favorisera la création de centres et de réseaux d’activité communautaire permanents. 

Un résultat qui n’a pas échappé à tous ceux qui travaillent sur ce projet unique.

« À mon avis, Niagara est en pleine croissance », dit Raimondo. « Les gens se rendent compte de tous les avantages que Niagara a à offrir, et par conséquent, ils gravitent vers la région. Je crois que les Jeux du Canada, le Parc des Jeux du Canada et les possibilités qu’il présentera à l’avenir donneront aux gens de nouvelles raisons encore pour graviter vers Niagara. »

« Avoir ce genre d’installation à Niagara, c’est tout à fait extraordinaire. Elle est ultra moderne et elle attirera sans doute la communauté, l’université et des athlètes de partout au monde qui voudront en profiter et faire l’expérience de Niagara et de sa grandeur. »

« [Le PJC] sera non seulement une installation de classe nationale, mais aussi de classe mondiale. [Niagara] pourra accueillir des événements d’envergure et pourra inciter le monde à venir visiter la région et la communauté », ajoute D’Uva. « Ce n’est pas comme si [l’intérêt] dissipera, il ne perdra pas son élément sensationnel une fois terminé. Ce sera toujours un des lieux que je pourrai dire à ma famille ou à mes amis en passant par l’installation : “oui, j’ai fait partie de ça, on a aidé à la construire.” Je serai toujours fier d’affirmer “regarde ce qu’on a pu accomplir.” »

Ce genre d’histoires vous intéresse? Si vous voulez recevoir des articles sur les anciens des Jeux ou si vous désirez obtenir les dernières mises à jour sur Niagara 2022 et découvrir comment vous pouvez vous impliquer dans les activités de la plus grande compétition multisports au Canada, abonnez-vous à notre bulletin Action N22.

Le texte a été traduit en français par Rachael Buxton.

Canada Megabus - Big Box
Sterling Backcheck - Big Box
Meridian Credit Union

Restez en contact avec la plus grande compétition multisport du Canada, qui se tiendra dans la région de Niagara du 6 au 22 août 2022.