Meridian Credit Union en
Crystal Vella et Jane Arkell

4/22/20

by: Bernie Puchalski, BP Sports Niagara

Les bénévoles à l’honneur : Crystal Vella et Jane Arkell

Les Jeux du Canada ne seraient pas possibles sans l’appui des bénévoles. Depuis 1967, l’année de la première édition des Jeux du Canada qui s’est tenue à Québec, plus de 100 000 bénévoles, autant professionnels que non-professionnels, ont donné de leur temps pour venir en aide à tous les secteurs d’activités des Jeux.  Et, c’est avec une énorme fierté qu’ils ont accomplis leurs tâches. La Société hôtesse des Jeux d’été du Canada Niagara 2021 est très fière de continuer la tradition et se réjouit à l’idée d’accueillir plus de 4 000 bénévoles passionnés, en août 2021. À l’occasion de la Semaine de l'action bénévole, nous présentons notre équipe de présidents de comités de bénévoles qui nous accompagne depuis le début !

L’accessibilité et la durabilité sont deux éléments essentiels à la réalisation des Jeux d’été du Canada Niagara 2021.  

Le premier est important parce que l’organisation Niagara 2021 veut présenter l’événement sportif le plus ouvert et inclusif de l’histoire des Jeux du Canada – tout en laissant un héritage favorable à l’accessibilité et à l'inclusion. Le second est essentiel pour la réduction de l’empreinte carbone des Jeux 2021 dans l’espoir de fournir des idées novatrices pour les événements à venir.

Alors que le Canada célèbre la Semaine de l’action bénévole du 19 au 25 avril, le Comité organisateur rend hommage à Jane Arkell, présidente du Comité accessibilité et, Crystal Vella, présidente du Comité durabilité.

En décembre dernier, le Conseil des Jeux du Canada a endossé l'accord-cadre des Nations Unies intitulé « Le sport au service de l'action climatique » et s’est engagé à renforcer ses efforts visant la durabilité. Avant cette date, l’organisation des Jeux du Canada 2019 de Red Deer a été la première à créer un secteur d’activité ainsi qu’un comité entièrement axés sur la question de la durabilité. L’organisation Niagara 2021 suit la même ligne de conduite.

« Nous voulons nous assurer d’avoir un bon plan, une bonne stratégie qui nous permettra de réduire autant que possible l’empreinte carbone des Jeux 2021. » dit Mme Vella.

Crystal Vella a habité Toronto pendant quelques années alors qu’elle travaillait dans un cabinet de conseil en développement durable et changement climatique.  Mais, une fois de retour dans sa ville natale, elle a décidé de relever le défi de l’action bénévole.

«  Ça ne pouvait pas mieux tomber », dit la femme de 31 ans, originaire de St. Catharines. « Je cherchais une occasion de bénévolat pour m’impliquer à nouveau et retrouver mes racines dans la région. » 

« Je n’ai pas pu résister, je me suis informée et c’était, en effet, l’occasion idéale pour moi. »

Elle est diplômée de l’école secondaire Holy Cross et, son CV répond parfaitement aux exigences du poste. La résidente de Niagara Falls possède un diplôme en tourisme et environnement de l’université Brock, une maîtrise en environnement et durabilité de l’université Western et un diplôme en gestion et évaluation de l’environnement du collège Niagara. Acutellement, elle est analyste de la performance d’entreprise à la division de l’environnement de la compagnie Walker Industries.

Mme Vella a participé bénévolement à l’organisation de quelques événements de plus petite envergure au sein de l’organisme Leading Change Canada, un forum d’échange pour les jeunes professionnels du secteur environnemental du Canada.

« Il est clair que ça ne se mesure pas sur la même échelle : 150 jeunes professionnels ne se compare pas à 5 000 athlètes », dit-elle. « Je n’ai jamais entrepris un si gros projet mais, c’est une célébration du sport et de Niagara ! »

« C’est l’occasion de faire des Jeux un exemple de développement durable et aussi d’éduquer les jeunes athlètes, leurs parents et les spectateurs sur cette question. C’est un projet   inspirant. »

Elle attend les Jeux avec anticipation.

« C’est super de voir les Jeux en région. Quelle chance de promouvoir la région et de voir les performances de ces milliers d’athlètes », dit-elle. « Je comprends que plusieurs d’entre eux poursuivront des carrières professionnelles. Ce sera cool de voir les jeunes athlètes prendre leur envol et de les voir évoluer dans leur sport. »

Mme Vella s’attend à diriger une équipe de 15 membres qui travailleront surtout durant la phase de planification des Jeux.

« Notre travail se fera en phase préparatoire. Pendant les Jeux, ce sera plutôt une question de surveillance et de jauger la réaction des gens devant les informations qui leur seront présentées. »

Le Comité de la durabilité se penchera sur plusieurs questions : l’impact sur l’environnement des déplacements des athlètes et spectateurs avant, durant et après les Jeux ; la consommation énergétique (électricité, gaz naturel, etc.) des installations des Jeux ; la quantité de déchets produits ; les moyens de détourner les déchets des sites d'enfouissement en augmentant  les programmes de recyclage.

Le Comité appliquera les normes du « ISO 20121- L’événementiel pour un Développement Durable ». Ce document servira d’outil pour d’identifier, réduire ou éliminer les conséquences environnementales, sociales et économiques négatives qui pourraient survenir. Le document indique aussi comment de meilleurs processus de planification et de gestion peuvent venir renforcer les effets positifs.

Le travail du Comité servira autant les besoins de l’organisation Niagara 2021 que ceux des Jeux à venir.

« Nous partagerons toutes les leçons apprises. Nous noterons les défis ; ce qui a bien ou moins bien fonctionné. »

Dans le même ordre d’idée, à titre de présidente du Comité de l’accessibilité, Jane Arkell s’attend à des résultats similaires.

Mme Arkell est incontestablement la candidate parfaite pour occuper ce rôle. Originaire de Grimsby, elle occupe depuis 30 ans le poste de directrice exécutive de l'Alliance de vie active pour les Canadiens ayant un handicap. Elle est co-présidente de l’équipe des Brock Niagara Penguins — un programme parasport pour les jeunes et les adultes ayant un handicap physique. La programmation comprend des cours de para-natation, de basketball en fauteuil roulant, de boccia en fauteuil roulant, de volleyball assis et de vélo à main.

Voilà pourquoi on n’a pas eu à lui tordre le bras pour qu’elle accepte le défi !

« Ce fut une décision facile à prendre parce que ça m’intéresse vraiment », raconte la résidente de St. Catharines. « Les compétitions de tout genre sont palpitantes. J’ai  assisté à de nombreux championnats mondiaux et de nombreux Jeux paralympiques alors, c’est simplement un prolongement de mon expérience. »

Elle est diplômée du District Secondary School de Grimsby et possède une formation en administration des sports. Elle prend un vif intérêt à travailler avec les personnes ayant un handicap dans les domaines du loisir et du sport et, elle est prête à relever ce défi.

« Notre objectif pour Niagara 2021 est de réaliser les Jeux les plus accessibles et inclusifs jamais organisés et de laisser une marque profonde sur tout ce qui entoure l’accessibilité et l’inclusion. »

Cela implique bien plus que l’accueil des athlètes ayant un handicap.

« Nous voulons des Jeux accessibles et inclusifs sur toute la ligne, c’est-à-dire, autant pour les spectateurs que pour la région de Niagara, les bénévoles et le personnel », dit-elle. « Ce n’est pas seulement l’expérience des athlètes qui compte, c’est l’expérience toute entière des Jeux qui compte. »

Cet objectif sera atteint de plusieurs façons.

« Nous travaillerons d’arrache-pied, non seulement sur les sites sportifs, mais aussi aux événements spéciaux et dans le domaine des communications afin de  dépeindre correctement les personnes ayant un handicap. » dit Mme Arkell. « Nous voulons participer à l’héritage des Jeux et laisser une empreinte durable dans la région de Niagara.

Une retombée particulière retient l’attention de Mme Arkell.

« Nous aurons [près de] 5,000 bénévoles sur une période de deux semaines et chacun d’entre eux seront sensibilisés à l’accessibilité et à l’invalidité », dit-elle. « Ceci signifie que, après les Jeux, 5 000 personnes de la région de Niagara seront beaucoup plus informées sur l’accessibilité et l’inclusion. »

Actuellement, le comité de Mme Arkell est composé d’environ 15 membres.

« Ça augmentera parce que nous serons à la recherche de 10 à 15 participants additionnels qui serviront de conseillers en matière d’accessibilité dans chacun des comités des Jeux du Canada, que ce soit au sein d’une équipe de site ou d’un comité de sport, aux événements spéciaux ou aux cérémonies de clôture. »

Le Comité accessibilité est en pleine période de recrutement de conseillers pour les Jeux 2021 et, elle a hâte de voir cet événement se réaliser dans la région de Niagara.  

« Ça aura lieu qu’une seule fois et ce sera formidable ! » dit-elle. « Le dévouement à la cause qu’on voit en région et, le personnel compétent de la Société hôtesse des Jeux du Canada en feront les meilleurs Jeux de l’histoire !  »

Un reportage de BP Sports Niagara, détenu et exploité par Bernie Puchalski and Bill Potrecz.

Sterling Backcheck - Big Box
Shop Merchandise Now!
Meridian Credit Union

Abonnez-vous pour demeurer au courant des nouveautés concernant les Jeux d’été du Canada Niagara 2022