Meridian Credit Union en

5/31/21

by: Bill Potrecz, BP Sports Niagara

Niagara 2022 vise à établir une nouvelle norme en matière d’accessibilité

Les Jeux d’été du Canada Niagara 2022 espèrent établir une tendance en désignant l’accessibilité en tant que priorité. 

Dans sa présentation de candidature pour devenir l’hôte des Jeux du Canada, le comité de Niagara a mis en valeur quatre initiatives : l’héritage, la durabilité, l’inclusion des Autochtones et l’accessibilité.

« Les Jeux de 2022 s’engagent vraiment dans une nouvelle voie en soulignant que l’accessibilité doit être une priorité », dit Karen Natho, membre du Conseil d’administration de Niagara 2022. « J’étais ravie de pouvoir aider, et j’étais aussi très contente [que le comité] ait désigné l’accessibilité comme l’une de leurs quatre initiatives. »

Natho est originaire du Québec, mais entretient des liens profonds avec la région de Niagara. Elle possède une longue expérience remarquable dans le domaine de l’accessibilité.

Ancienne employée du Niagara Children’s Centre, où elle dirigeait le département de la thérapie par le jeu, Natho est également fondatrice et ancienne directrice administrative des Brock-Niagara Penguins, le principal club de parasport à Niagara qui offre neuf parasports, et fondatrice de la Niagara Accessible Sport Commission.

« J’étais vraiment au courant de tout ce qui se passait dans le domaine des parasports partout à Niagara, de Fort Erie à Grimsby », dit Natho, qui réside actuellement en Colombie-Britannique.

Natho a d’abord fait la connaissance des Jeux lorsqu’elle a joué dans l’équipe de hockey sur gazon du Québec aux Jeux de 1993 à Kamloops, en C.-B..

« J’en savais déjà beaucoup sur les Jeux et l’impact qu’ils peuvent avoir non seulement sur une communauté, mais aussi sur les jeunes partout au Canada », dit-elle. « Cette expérience et ce que les Jeux du Canada m’ont donné font partie de qui je suis aujourd’hui. Pendant trois ans, je visais à être sélectionnée dans l’équipe, et c’était un rassemblement de la province à l’échelle du pays. »

Natho a beaucoup insisté pour que Niagara 2022 cherche à établir une nouvelle norme en matière d’accessibilité.

« À l’édition précédente des Jeux qui a eu lieu à Red Deer, l’accessibilité tombait sous le secteur fonctionnel des services médicaux. Pour nos Jeux, pour la première fois, il constitue son propre secteur fonctionnel et chaque site sera doté d’un bénévole qui s’y connaît en exigences d’accessibilité », dit-elle. 

Niagara 2022 présentera des événements en athlétisme, en natation et en voile pour athlètes ayant des handicaps physiques ou des déficiences intellectuelles. En organisant des événements pour ces athlètes dans le cadre de la même compétition que les événements pour athlètes sans handicap, les Jeux du Canada se démarquent de tout autre événement semblable sur la planète.

« Les Jeux d’été du Canada sont la seule manifestation multisports au monde qui présente des événements d’Olympiques spéciaux, de parasports et de sports pour athlètes sans handicap en même temps et aux mêmes sites », ajoute Natho. « Il n’y a pas d’autres Jeux qui font de même. C’est très unique, et c’est un merveilleux modèle d’inclusion qui semble bien fonctionner. »

Un certain nombre de places dans l’équipe de chaque province et territoire sont attribuées à des athlètes ayant un handicap physique ou une déficience intellectuelle. 

« L’important c’est de nous assurer que tous nos sites soient accessibles pour tous nos athlètes », affirme Natho. « Et pas seulement sur le plan physique. Je parle de moyens alternatifs de donner des renseignements, du transport et de l’accueil social que nous souhaitons voir adopter par notre communauté. Nous devons nous assurer que les athlètes ayant un handicap physique ou une déficience intellectuelle ont l’occasion d’encourager leur équipe sur tous les sites de compétition, et aussi de participer à toutes les activités sociales qui auront lieu. »

Natho précise que l’accessibilité ne s’arrête pas là.

« La prochaine étape, c’est de reconnaître que les officiels, les spectateurs, les familles et les résidents de Niagara ont tous des besoins en matière d’accessibilité », dit-elle. « Pensons par exemple à un grand-père qui souhaite venir encourager sa petite-fille, mais qui ne peut pas accéder à Henley pour assister aux événements d’aviron. Il faut que nous considérions toutes les personnes qui viendront à Niagara pour participer aux divers aspects des Jeux et qui auront besoin de mesures d’adaptation. »

C’est impératif d’avoir des plans spécifiques pour chaque site.

« Un grand nombre de sites nécessiteront des modifications, telles que des rampes, de la signalisation, des sièges, et ainsi de suite. En ce moment, nous sommes à déterminer si elles seront temporaires, ou si c’est possible de travailler auprès des différentes municipalités ou des différents sites pour faire des modifications permanentes qui renforceront l’héritage des Jeux et rendront les sites plus conformes à la LAPHO (Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario) à la longue », explique Natho. « Nous adoptons une approche globale à l’accessibilité. Nous collaborons avec la région de Niagara pour nous assurer que tous les sites de compétition et autres sites des Jeux soient accessibles et que tout le matériel que nous publions et distribuons, par exemple la conception de notre site Web, les publications écrites et les vidéos, soit conforme à la LAPHO. »

Natho travaille en étroite collaboration avec la présidente du Comité d’accessibilité des Jeux, Jane Arkell, qui est originaire de Grimsby et qui a aussi beaucoup travaillé auprès des personnes handicapées.

« Nous effectuons beaucoup de planification préliminaire », dit Arkell, directrice administrative de l’Alliance de vie active pour les Canadiens ayant un handicap. « Nous avons formé une équipe et nous avons choisi des conseillers pour chaque site et pour chaque secteur fonctionnel, par exemple, les services alimentaires, le transport et les cérémonies. Nous avons rassemblé les troupes, soit entre 30 et 35 experts dans le domaine. »

Arkell dit que la formation du personnel est encore en cours.

« Il nous reste des choses à faire. Les gens ne savent pas ce qu’ils ne savent pas, et donc il faut leur apprendre ce qu’ils ne savent pas », dit-elle. « Si certaines personnes n’ont pas d’expérience de leadership dans un environnement inclusif, ils ne savent pas [comment s’y prendre]. Notre travail, c’est de leur enseigner. »

Natho siège au Comité de l’héritage présidé par Michelle O’Keefe, une autre membre du Conseil de Niagara 2022 qui est également directrice adjointe des sports et loisirs au Collège Niagara.

« Après [les Jeux], quand tout le monde rentre, [nous voulons nous assurer] que Niagara soit contente de ce que nous avons investi dans les Jeux, et qu’elle soit véritablement devenue un endroit où les personnes ayant un handicap physique ou une déficience intellectuelle pourront mieux vivre, apprendre et jouer. »

Arkell croit que Niagara 2022 réussira à définir une nouvelle norme en ce qui concerne l’accessibilité.

« J’ai très hâte aux Jeux », dit-elle. « C’est la première édition des Jeux qui accorde une très grande importance au domaine de l’accessibilité dans toute sa planification.


« Je place la barre très, très haut pour ces Jeux-ci, mais je suis aussi ravie de faire partie de l’héritage que nous transmettrons aux futurs Jeux. Tout ce que nous faisons sera transmis à Charlottetown et aux Jeux d’après, et encore aux Jeux d’après. »

Cet article a été produit par BP Sports Niagara, une agence détenue et exploitée par Bernie Puchalski et Bill Potrecz. Le texte a été traduit vers le français par Rachael Buxton.

Hospitality of Niagara – Big Box Ad
Sullivan Mahoney Big Box
Meridian Credit Union

Restez en contact avec la plus grande compétition multisport du Canada, qui se tiendra dans la région de Niagara du 6 au 22 août 2022.